Est-il vraiment dangereux de vapoter ?

Vous êtes de plus en plus nombreux à abandonner la cigarette traditionnelle pour vous mettre à vapoter. Si le nombre de nouveaux fumeurs en France recule de façon considérable depuis la hausse du prix des paquets de cigarettes, vous faites peut-être encore partie des 16 millions de fumeurs de l’hexagone.  Mais alors, que valent vraiment les vapoteuses et autres cigarettes électroniques ? Sont-elles vraiment sans danger pour votre santé ?

Les cigarettes et les chichas sont désormais omniprésentes dans les bureaux de tabac et autres commerces, et rivalisent de designs et de technologies pour vous séduire.

Cela fait maintenant 2 ans que je « vape », aujourd’hui je vous partage mon expérience personnelle.

Peut-on arrêter de fumer grâce à la cigarette électronique

70% des fumeurs qui arrêtent de fumer le font grâce à la cigarette électronique. Des sondages menés auprès des fumeurs, montrent que les 58% des personnes qui ont décidé “d’arrêter la clope” par le biais de la cigarette électronique ont réussi, sans reprise de la cigarette électronique un an après la première utilisation. La donnée la plus intéressante que j’ai pu recueillir, c’est que la méthode semble fonctionner sur tous les fumeurs, des crapoteurs occasionnels à ceux consommant plus d’un paquet par jour. Je suis très heureux de faire partie de ceux qui ont réussi !

Est-il vraiment moins nocif de vapoter que de fumer ?

La cigarette électronique produit de la vapeur d’eau, pas de la fumée. Cette vapeur d’eau disparaît à 95% en moins d’une minute. Vous ne produisez donc pas de fumée toxique à base de monoxyde de carbone et de goudrons. Le vapotage “passif” ne constitue ainsi aucun danger pour ceux qui vous entourent.

« Par comparaison au tabac conventionnel et à son mode de consommation encore privilégié (la combustion), les e-liquides présentent l’intérêt de réduire les risques de survenue de pathologies graves, notamment celui des cancers. » (McRobbie, 2014 ; Orellana-Barrios, 2015)

https://www.cancer-environnement.fr

Dans l’ensemble OUI, il est moins dangereux de vapoter que de fumer des cigarettes. Cependant, ne soyons pas naïf ! Vapoter n’est pas quelque chose de naturel et la toxicité existe dans les produits. Vous vous devez donc de vous montrer des plus exigeant quant au choix des produits que vous consommez, ou consommerez peut-être après lecture de cet article.

Cigarette électronique : les produits à éviter

Dans un premier temps, il conviendra de respecter vos allergies. Si vous êtes par exemple allergique aux arachides, il vous sera impossible de consommer les produits saveur cacahuète. Idem pour le kiwi ou toutes les autres saveurs pouvant contenir une trace de l’allergène que vous ne pouvez pas consommer.

D’un point de vue plus technique, certains clearomiseurs (partie de l’e-cigarette contenant le produit et la résistance), provoquent des montées du produit jusqu’à votre bouche, qui peuvent s’avérer dangereux si les produits sont de mauvaise qualité. Je vous conseille donc de vous orienter vers les produits soumis aux règles sanitaires européennes les plus exigeantes. Après 2 ans de vape et quelques remontées de produit avec des liquides homologués, je n’ai jamais eu aucun problème. Récemment, des vapoteurs américains sont décédés en consommant des liquides contrefaits ou produits par des entreprises qui n’ont que faire de la santé de leurs clients. Ne vous laissez donc pas tenter par des produits aux prix attractifs, qui pourraient mettre votre santé en danger.

Quelles économies fait-on en passant de la cigarette à la vapoteuse ?

En 2020, il est avéré que la cigarette électronique est plus avantageuse financièrement que la consommation de cigarettes, à fréquence de consommation égale.

Pour ma part, je fumais 1 paquet de Marlboro par jour. Cela me coûterait aujourd’hui 10€ pour obtenir chaque jour mes 20 cigarettes habituelles. Je dépenserai donc 3650€ par an, de quoi se payer :

  • Des vacances de folie
  • Une petite voiture d’occasion
  • 10 machines à laver
  • 3 iPhones

Et on vous laisse trouver toutes les idées qui vous font rêver avec ce petit pactole !

Les premières semaines, j’utilisais une cigarette électronique classique avec 5 fioles à 6 € par semaine, soit un total de 1440€, représentant 2210€ d’économie.

Quelle cigarette électronique choisir ?

image : sonrisa-smile

L’inhalation indirecte

Si vous êtes un futur ancien fumeur et que vous souhaitez mettre toute votre volonté dans ce nouvel objectif, utilisez une cigarette électronique classique.

Pour ma part, j’ai commencé avec un clearomiseur Innokin Zenith qui accueille des résistances d’une puissance de 10 à 19 Watts. Ce type de matériel reproduit exactement l’action de fumer une cigarette classique avec un tirage indirect. Pour parler plus simplement, l’inhalation indirecte, n’est autre que la méthode d’aspiration de la fumée qui pourra reproduire le plus fidèlement la stagnation de la fumée dans la bouche, avant d’être complètement aspirée.

Je vous conseille également une batterie (box) iStick Nowos disposant d’une grande autonomie. En la rechargeant pendant 1h avec son câble de type USB-C elle fonctionne, en effet, 3 à 4 jours sans la remettre à charger.

Je vapotais des produits chargés à 12 en nicotine. Ce qui est assez élevé… Cela a duré 1 mois avant que je ne baisse la quantité de nicotine à 6.


Voir une sélection E-liquid ici >>

 

 

L’inhalation directe

Après une période de 3 mois avec ma cigarette classique, j’ai voulu encore baisser le taux de nicotine que j’inhalais et avoir un matériel disons “plus fun”. Je me suis équipé d’un clearomiseur Zeus de Geek Vape monté sur une batterie “revenger” de la marque Vaporesso. Un super matériel que l’on pardonne rapidement d’être un peu plus coûteux.

Le “tirage direct” est une technique utilisée principalement par les fumeurs de chicha, aussi nommée narguilé. Cette méthode de tirage, veut que l’on inhale directement la fumée dans les poumons, sans avoir été retenue au préalable en bouche. Pour ceux qui auraient du mal à se représenter le geste, imaginez que le tirage se fait de la même façon que lorsque l’on aspire au travers d’une paille.

Comptez 25€ pour un clearomiser de ce type et 50€ pour la box. Il faudra ajouter 20€ d’accus (piles spéciales au lithium pour faire fonctionner tout ça) et un chargeur à 10€ pour un équipement complet.

Une résistance est déjà installée sur votre “clear” et une autre est proposée dans la boite. Une résistance coûte entre 2 et 3€ suivant les marques.

Il faudra donc débourser 120€, produit inclus, pour vous lancer dans ce type de vapotage.

Le bilan est, pour ma part, est très positif puisque je peux inhaler des produits à 3 de nicotine voir à 0 très facilement sans sensation de manque. Je peux même me passer sans problème de ma vape quotidienne, devenue un plaisir plus occasionnel. En faisant moi-même mon liquide DIY (do it yourself) j’économise également énormément d’argent. J’achète un flacon de 170 ml de base, 1 flacon de concentré 30ml pour l’arôme et 3 booster de nicotine de 10 ml chacun.

Au total je paie entre 20 et 30€ par mois le tout, en fonction du produit que je choisi. Je dispose ainsi de 230 ml de liquide à vapoter pour le mois. Même si votre consommation est plus importante que la mienne, les calculs sont vite faits pour comprendre l’économie que vous pourriez réaliser.

Approximativement, je dépense désormais 300€ par an, pour une économie annuelle de plus de 3000€.

 

Si vous êtes novice, dirigez-vous vers un professionnel pour commencer à vapoter. “Le petit vapoteur”, “Clopinette”, “Smoke’in” ou encore Cigusto et certains revendeurs sur Amazon, l’offre ne manque pas si vous souhaitez vous lancer.

Pour ma part, je vous souhaite tout le courage du monde, et vous assure qu’une fois les moments difficiles passés, l’arrêt de la cigarette est la meilleure chose que vous n’aurez jamais entreprise !

Dossier : Martin Rue de l’info / Manon F.

 

Pour les vapeurs confirmés (inhalation indirecte)

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

This site is protected by reCAPTCHA and the Google Privacy Policy and Terms of Service apply.