Les français au volant (2019) : Incivilités, inattention, conduite dangereuse.

Les français au volant (2019) : Incivilités, inattention, conduite dangereuse.

Logo Vinci 2019

La Fondation VINCI Autoroutes livre les résultats de l’édition 2019 du Baromètre européen de la conduite responsable. Réalisée par IPSOS auprès de 12418 personnes dans 11 pays européens, cette vaste enquête dresse un état des lieux des comportements et représentations des Européens au volant. Elle permet de suivre l’évolution des conduites à risque et des bonnes pratiques pour contribuer à mieux orienter les messages de prévention dans chaque pays.

59% des Français disent klaxonner les conducteurs qui les énervent (en hausse de six points par rapport à 2017). C’est un plus que la moyenne européenne (57%) et bien plus que nos voisins allemands (33%).

Et d’une région à l’autre, on a plus ou moins la main lourde sur l’avertisseur : sans surprise, les Franciliens en raffolent (70%), suivis par les habitants de Bourgogne-Franche-Comté et Normandie (60%). Les Bretons sont quant à plus stoïques (47%).

Les français numéro 2 en Europe : “Sortir de sa voiture et s’expliquer”

En grande majorité, les conducteurs préfèrent proférer des noms d’oiseaux : près de sept Français sur dix insultent leurs pairs sur la route, contre 56% au niveau européen et 32% chez les flegmatiques suédois. Seuls les Grecs nous surpassent (71%).

De nouveau, c’est en Île-de-France que l’on s’énerve le plus contre les autres (74%) et en région PACA (71%).

Certains automobilistes vont encore plus loin et descendent carrément de voiture pour s’expliquer. Si cette manière de faire n’est toutefois pas au goût de tous les Français (16%), elle est plus courante le long de la Côte-d’Azur (21% des conducteurs) et en Bretagne (20%). Méfiez-vous du Breton qui dort.

Mauvaise foie : “Ce n’est pas moi, c’est l’autre”.

Le baromètre rappelle « un élément universel », selon lequel « ce sont les autres qui conduisent mal tandis que l’on s’estime bon conducteur », observe Bernadette Moreau, déléguée générale de la fondation Vinci autoroute.

Ainsi, quand ils jugent leur conduite, les Français se disent « vigilants » (77%), « calmes » (51%) et « courtois » (25%). Très rares sont ceux qui concèdent être « stressés » (12%), « agressifs » (6%), « irresponsables » (1%) ou « dangereux » (1%).

Des attitudes qu’ils attribuent en revanche volontiers aux autres conducteurs : 46% des sondés jugent leurs pairs « irresponsables », « stressés » (30%), « agressifs » (28%) et « dangereux » (40%).

L’alcool, les stupéfiants et la route…

L’alcool et les stupéfiants causent plus d’ un tiers des morts sur la route, une petite transition pour parler des comportements dangereux. Cela représente plus de 1 000 personnes chaque année.” L’accident type se déroule la nuit, le week-end ou la veille d’un jour férié, souvent sur une route secondaire. 9 fois sur 10, il implique un homme de moins de 35 ans.

Alcool - Stupéfiants - France 2019

Le nombre de morts sur les routes en baisse

Depuis quelques années la tolérance a baissé en matière d’alcoolémie. Résultat : la mortalité sur les routes a elle aussi baissé depuis trente ans. “Nous rappelons ces seuils : 0,5 g d’alcool par litre de sang, cela représente un verre. Pour les conducteurs novices, ce seuil est abaissé à 0,2 g/l. Ce qui signifie zéro verre d’alcool le soir du 31”, conclut la journaliste de France 2.

Les Français au volant en 2019 et les comportements dangereux

Comportements dangereux au volant des français en 2019
Comportements dangereux au volant des français en 2019

Reposez-vous !

Somnolence et inattention au volant France 2019

Conseils avant de prendre la route !

La veille de départ pour un week-end ou pour les vacances, la Fondation VINCI Autoroutes pour une conduite responsable rappelle quelques conseils simples pour limiter les risques de somnolence et d’inattention au volant, qui demeurent les premières causes d’accidents mortels sur autoroute :

  • Faire une nuit complète de sommeil la veille du départ
  • Éviter de partir la nuit (entre 22h et 6h)
  • Effectuer des pauses régulières tout au long du trajet, au minimum toutes les deux heures
  • S’arrêter sur une aire dès les premiers signes de fatigue et faire une courte sieste
  • Ne pas hésiter à changer régulièrement de conducteur
  • Régler son GPS avant le départ
  • Anticiper, s’organiser et prévenir son entourage que l’on prend le volant et que l’on ne répond
    pas au téléphone ou aux messages en conduisant
  • Utiliser le téléphone et les applications lorsque le véhicule est à l’arrêt

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Advertisment ad adsense adlogger