Covid-19 en France : vaccination ouverte au plus de 55 ans dès lundi

Toutes les personnes de 55 ans, et plus, le seront lundi, avec Astrazeneca ou le vaccin Johnson Johnson, et l’intervalle d’injection de la deuxième dose est prolongé pour le Pfizer-Biontech et le Moderna, qui a été annoncé dimanche par le gouvernement. 

Vous pourrez également avoir Johnson pour la première fois en France, pour la première fois lundi, et qui intégrera également le cycle des pharmacies et de la médecine urbaine. 

Pour cette nouvelle catégorie de la population, les gens sont invités à consulter leur médecin de famille, les pharmacies, comme dans les centres de vaccins depuis plus de 70 ans, dans les centres de vaccins, a déclaré le ministère de la Santé. 

Depuis le 19 mars, le pays a réservé au plus de 55 ans le vaccin de laboratoire anglo-suédois Astrazeneca, après de rares cas de troubles de la coagulation, qui n’ont été observés que chez des patients mineurs. Cependant, les candidats qui avaient jusqu’à présent des facteurs de comorbidité devaient demander le vaccin. 

Distance des injections 

Le vaccin produit par Janssen-Cilag, qui nécessite une seule injection, a été accepté depuis le 12 mars, qui est attendu en avril 600. 000 Doses. 

Les deux autres vaccins, fabriqués par Pfizer/Biontech et moderna, seront ouverts au plus de 60 ans le 16 avril

Une autre nouveauté, la vente dans les pharmacies de tests automatiques de dépistage pour le COVID -19 dans la partie nasale, pour les personnes asthmatiques de plus de 15 ans, a été publiée dimanche. 

Actuellement, le vaccin est théoriquement à 18/19 millions de personnes : plus de 70 ans, des résidents d’EHPAD, des agents de santé et des personnes fragiles. Selon l’INSEE, la France compte plus de 12 millions de personnes de 55 à 69 ans, mais certaines d’entre elles étaient déjà éligibles, à cause de la comorbidité ou aux pathologies. 

A la fin du mois d’ avril, la France aura reçu 28 millions de doses. 

Pour aller plus vite, le ministre a également annoncé que le 14 avril, « pour toutes les premières » injections de vaccins contre le messager d’ARN de Pfizer-Biontech et Moderna« , nous suggérons un rappel au bout de 42 jours au lieu de 28 jours. Une nouvelle stratégie qui doit conduire à accélérer les premières doses et nous parviendrons à 1,8 millions d’injections au second semestre. 

Bientôt 100. 000 morts 

La cadence de la campagne de vaccination est une question cruciale pour le gouvernement, la France est atteinte par une troisième vague violente de l’épidémie COVID-19

Pour l’épidémiologiste Antoine Flahault, ils parient sur le vaccin pour sortir de la crise semblent « un pari dangereux et risqué ». 

Il voit trois hypothèses pouvant restreindre l’efficacité de cette stratégie : lorsque de nouvelles variantes émergent et mettent en danger l’efficacité des vaccins ; si le routage n’est pas conforme ; si les problèmes du vaccin anti-Astrasa sont offerts avec d’autres vaccins et une population ». 

À ce jour, le taux de couverture vaccinale à deux doses traite 75 % dans les résidents de l’EHPAD, mais seulement 35 % ont été vaccinés entre 75 et 79 ans, c’est 9 % de moins pour les 70 à 74 ans, 4 % de moins pour les 65 69 ans. 

La situation était très tendue à l’hôpital, une conséquence d’une épidémie hors de contrôle en mars, qui a fait pression sur les variantes anglaises infectieuses du coronavirus. 

Dimanche, dans le premier week-end de Pâques limité à 5 838 patients atteints du virus ont été traités dans des services de réanimation, augmentant de plus en plus, combinés à une capacité de fonctionnement de 8. 000 ont eu toutes les pathologies. L’évaluation des décès continue de croître dès le début de l’épidémie, près de 99 000. La France en a enregistré 100. 000 morts, qui ont déjà été dépassés en Italie ou au Royaume-Uni. 

Même avant la fermeture des écoles, la circulation du virus a continué d’avancer la semaine dernière, mais moins rapidement que les précédentes, « ce qui peut témoigner d’un ralentissement« . Mais s’il était confirmé, le freinage de l’épidémie aura des effets sur l’hôpital qu’une à deux semaines plus tard.